Urbanisme
Gestion des Risques
Lutte contre les fléaux
Collecte des déchets
Animaux
Agenda 21

 

 

 
Cadre de vie > Animaux
 
 

Selon l’article 120 du règlement sanitaire départemental, il est formellement interdit de nourrir tous les animaux sauvages et errants (canards, chiens, chats, pigeons ou sangliers…).
Outre les risques sanitaires et la prolifération de maladies, la nourriture déposée aux animaux attire d’autres animaux comme les rats.

Une forte recrudescence de sangliers est à noter dans notre région. Il est donc important de ne pas les nourrir afin de limiter les dangers et les risques de destruction de l’environnement.
Les personnes ne respectant pas ces conditions seront dans l’obligation de payer une forte amende qui peut s’élever jusqu’à 750 €.
Ce geste citoyen contribue à la protection des animaux, de leur mode de vie naturel et le respect de leur environnement.

Attention, chien méchant !

Les propriétaires ou détenteurs de chiens d'attaque (catégorie 1) et de chiens de garde et de défense (catégorie 2) doivent être titulaires d'un permis de détention, d’une formation du maître et d’une évaluation comportementale du chien. Ce permis est délivré par le maire, sur présentation d'un certain nombre de pièces.

Les Nouveaux Animaux de Compagnie ou NAC

Les Nouveaux Animaux de Compagnie, désignés par l’acronyme NAC, appartiennent à des espèces moins conventionnelles que les chiens et les chats. Nous pouvons donc retrouver des rongeurs, des oiseaux, des batraciens ou des reptiles.

L’animal est considéré comme non domestique à partir du moment où il n’appartient pas à la liste des animaux domestiques édifiée par le ministère (au vu de l’Arrêté du 11 août 2006 fixant la liste des espèces, races ou variétés d'animaux domestiques).

Les NAC non domestiques regroupent des espèces dangereuses (ex : Mygale, Scorpion, Crocodile etc…) et des espèces protégées (ex : Hérisson, Tortues etc…). Les détenteurs de ces animaux doivent respecter des conditions particulières : avoir une autorisation de détention délivrée par le préfet ou un certificat de capacité édifié par l’arrêté du 10 août 2004.