L'Abadie, conservatoire de la cuisine niçoise


Sur la colline de l'Abadie, véritable lieu de survivance des traditions, l'Académie des traditions abadiennes, fait revivre la culture locale et ses délices.

Depuis que le SIVOM de l'Abadie met à sa disposition l'Auberge des Amis, l'Académie des traditions abadiennes a décidé de proposer des cours de cuisine. Il suffit de s'inscrire, et, pour 5 euros, plus éventuellement le coût des produits fournis par l'association, vous repartez avec un plat traditionnel niçois et surtout le savoir-faire !

L'histoire de cette association a débuté en 1995. Cette année-là, l'Académie des traditions abadiennes collabore avec le Comité des fêtes et enrichi les festivités de la Sainte-Claire d'un plat typique de la région niçoise, le menon (« menoun » en niçois). Dès lors, ces cordons bleus n'ont jamais cessé de régaler l'assemblée du traditionnel festin, mais aussi de la Chandeleur et de toutes les fêtes pour lesquelles on les sollicite. Présidée par Clairette Conte, l'association presque exclusivement féminine, compte aujourd'hui 9 membres. Huit femmes et un homme. Elle s'est donné pour mission de préserver, partager et perpétuer l'art culinaire du Comté niçois.

Et ce week-end, les élèves étaient nombreux pour assister, une fois n'est pas coutume, à un cours magistral, avec un intervenant exceptionnel, Jean-Claude Martin, spécialiste de la recette du jour : les tripes.
Une fois la recette réalisée, il faut laisser mijoter 6 heures. Alors en attendant, les participants sont allés déjeuner sous le majestueux tilleul d'Odette Gioan.

Au menu : Socca, Pissaladière, tartes de sardines, tarte à la confiture. Inutile de préciser que tout était fait maison !

La sieste, elle, n'était pas au programme. Renée Graglia, présidente de la Capelina d'Or avait gentiment accepté d'animer un second cours, l'après-midi. Sa recette : la tourte de blettes.