Fermeture programmée d'une classe :
les parents d'élèves mobilisés.

Ça bouge à l'école Jules Musso. Depuis quelques semaines, depuis qu'ils ont appris qu'une classe était menacée de fermeture, les parents d'élèves sont mobilisés.
 

Les banderoles ont fleuri sur les grilles de l'établissement et en bordure de départementale.
L'école primaire Jules Musso, qui compte actuellement 4 classes, risque effectivement de perdre un poste. La décision sera prise à l'issue des réunions des groupes de travail. Et s'il devait y avoir une fermeture de classe, les effectifs seraient de 22 élèves par classe en moyenne pour le cycle 2 (CP - CE1) et de 25 ou 26 élèves par classe pour le cycle 3 (CM1 - CM2).

Des chiffres qui paraissent raisonnables, mais qui ne rassurent en rien les parents d'élèves : « L'inspection académique ne voit que par les chiffres » regrette Christine Bouchet, déléguée des parents d'élèves. Et d'ajouter : « Ce qui frappe le plus dans cette décision, c'est qu'en parallèle, il est prévu d'ouvrir une classe en maternelle, où les effectifs sont déjà à plus de trente élèves par classe, ce qui prouve bien qu'il faudra rouvrir une classe en primaire, sans doute dès l'année prochaine. »

Même son de cloche du côté de la municipalité. Le Maire Honoré Colomas soutient le mouvement des parents d'élèves estimant que la fermeture d'une classe va à l'encontre des perspectives d'évolution démographique de la commune. « Dans un an à peine, compte tenu des effectifs de l'école maternelle et de la livraison de nouveaux logements, il faudra rouvrir une classe. Aujourd'hui, on nous dit qu'il n'y aura pas problème, mais... ».

Une crainte partagée par Christine Bouchet : « Les quotas sont plus élevés pour ouvrir une classe (28,5 élèves en moyenne par classe) que pour en fermer une, il nous faudra donc attendre que les classes soient surchargées pour éventuellement obtenir une nouvelle ouverture l'année suivante. Alors, pourquoi casser ce qui existe et qui fonctionne bien ? ».