Olga Parra : serial artiste

« Je suis une artiste conceptuelle. On pourrait parler d'art contemporain mais ce serait réducteur. Dans mon travail c'est l'idée, le concept, qui prime »

 

Rien n'arrête Olga Parra. Toutes les matières l'intéressent. Les associations ne craignant pas l'insolite, font même partie de sa démarche. Fibres de verre, bâches froissées, reliefs en résine, tarlatane compressée, cire, tissus tendus et cousus, mailles ou bois, deviennent, entre ses mains expertes, des œuvres d'art.

Comment définir son style ? « Je suis une artiste conceptuelle. On pourrait parler d'art contemporain mais ce serait réducteur. Dans mon travail c'est l'idée, le concept, qui prime » répond l'artiste qui précise qu'elle travaille surtout sur le fragment. Elle avoue aussi une préférence pour les séries et le spirituel. Un caractère sacré, fruit de longues réflexions, qui transparaît dans ses œuvres...

D'origine corse, Olga parra a grandi en Algérie. Et bien qu'elle habite Saint-André de la Roche depuis près de 40 ans et qu'elle multiplie les expositions, dans toute la région et au-delà, jamais elle n'a exposé son travail dans sa commune d'adoption. Un pas qu'elle s'apprête à franchir puisque la médiathèque municipale accueillera une série de tableaux sur le thème de la mémoire, du 28 juin au 16 juillet.


Pour cette exposition Olga Parra a travaillé sur de nouvelles œuvres qui viendront s'ajouter à une série qu'elle a exposé en 2010 à la biennale de l'art singulier à Aubagne. Blessure de l'enfance, blessure de l'égo, l'artiste cautérise (brûlages), soigne, avec sa forêt de signes qui lui sont personnels. Des signes qu'elle va chercher au plus profond de la mémoire de son enfance. Comme ces poupées que, petite, elle fabriquait avec du chiffon et des morceaux de bois, aidée de son frère.

Exposition du 28 juin au 16 juillet à la Médiathèque municipale.

Plus d'infos sur : www.olgaparra.fr