21 bd du 8 mai 1945 - 06730 Saint-André de la Roche
04 93 27 71 00
04 93 27 71 49

Gestion des risques

Différentes actions de gestion des risques en fonction des spécificités du territoire saint-andréen.

Le risque d’incendie

La commune est soumise au risque de feu et est concernée par une prescription au Plan de prévention des Risques Naturels Incendie de Forêt (PPRn IF). Identifié par le préfet, le risque de feu prend en compte les zones boisées présentes sur la commune.

Il est d’autant plus fort dans notre région car il peut être amplifié par les conditions climatiques. Il est du devoir de chacun de respecter la législation en vigueur pour l’utilisation du feu et la prévention des risques en usant des bonne conduites à tenir (effectuer le débroussaillage réglementaire, mettre en déchetterie des déchets verts plutôt que les incinérer, utilisation d’un barbecue etc…).

Lorsque l’on est témoin d’un départ de feu, il faut informer les pompiers au plus vite (au 18 ou 112).

Les réflexes à avoir face à ce risque sont listés dans le Document d’Information Communal des Risques Majeurs de Saint-André de la Roche.
En cas d’incendie, chaque minute compte !! Plus l’intervention est rapide sur un départ de feu, plus il y a de chance de pouvoir le maîtriser.

Il faut un verre d’eau pour éteindre un feu la première seconde, un seau d’eau la première minute et une tonne d’eau au bout de 10 m.

La commune de Saint-André de la Roche faisant partie du SIVoM Val de Banquière, bénéficie de l’aide des Brigades Vertes pour appuyer les services communaux dans la réalisation de pare-feu dans les espaces naturels communaux.

En parallèle, le SIVoM Val de Banquière, via une commission environnement, a incité la création d’un Comité Communal Feux de Forêts (CCFF) sur les communes le constituant, notamment à Saint-André de la Roche.
Le CCFF a pour but de :

  • Sensibiliser les administrés sur les obligations du débroussaillage réglementaire,
  • Surveiller les massifs et alerter,
  • Intervenir et assister les secours en cas d’incendie.

Plus d’Informations

L’emploi du feu

L’arrêté préfectoral n°2014-453, en date du 10 juin 2014, rappelle les dispositions réglementaire en matière d’utilisation du feu (description des périodes réglementées ou interdites, les types d’incinération autorisés, modalité de l’emploi du feu, etc.).

Dans l’article 3 de l’arrêté n°2014-453, trois périodes ont été définies autorisant, limitant ou interdisant l’emploi et l’utilisation du feu :

  • Période rouge : période fixe annuelle du 01 juillet au 30 septembre et périodes mobiles édictées par le préfet en fonction des conditions météorologiques exceptionnelles (comme une sècheresse).
    Interdiction totale de faire ou d’employer du feu.
  • Période orange : du 01 février au 31 mars.
    Possibilité d’emploi du feu sous réserve du respect des consignes définies dans l’arrêté (notamment pour l’incinération des végétaux sur pied – article 9).
  • Période verte : le reste de l’année.
    Possibilité d’emploi du feu sous réserve du respect des consignes définies dans l’arrêté.

Le respect des règles de bonne utilisation du feu, couplé au débroussaillage réglementaire ont pour but de parer aux dégâts infligés à notre patrimoine forestier.

Plus d’informations

Débroussaillement, une nécessité

Débroussailler, c’est se protéger, et protéger les siens,
Débroussailler, c’est protéger sa maison, son terrain et ses biens.
Débroussailler, c’est limiter la propagation du feu et diminuer son intensité.
Débroussailler, c’est protéger le patrimoine forestier et faciliter le travail des Sapeurs-Pompiers.

Le débroussaillement est obligatoire.

Les propriétés situées en zone exposée et à moins de 200 mètres d’une zone boisée, doivent débroussailler et maintenir en état leur terrain, ainsi que les voies d’accès qui le traversent.

Comment procéder ?

Dans un premier temps, une coupe de la végétation basse (les herbacées et les ligneux) doit être effectuée obligatoirement autour des habitations et des voies d’accès. Un élagage des arbres et arbustes, suivant les prescriptions légales, doit être également effectué.

Les zones délimitées par un Plan de Préventions des Risques Naturel Incendie de Forêt (PPRn IF) sont également soumises au débroussaillage réglementaire, conformément au plan défini par le préfet.
En cas de Plan de Préventions des Risques Naturel Incendie de Forêt approuvé, le Plan Local Urbanisme (PLU) imposera des prescriptions et limitera la constructibilité des terrains. En l’absence de PPRn IF approuvé, c’est la réglementation en vigueur qui impose le débroussaillage des terrains en zone UI (zone urbaine à vocation industrielle) du PLU quand ils sont à plus ou moins de 200 m d’une forêt.
L’arrêté n°2014-452 du 10 juin 2014, établit par la préfecture des Alpes-Maritimes, réglemente le débroussaillage dans le département.
Une plaquette d’information a été établie par l’ONF pour le compte du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes.

Il est vrai que le premier débroussaillement représente un travail important. L’entretien du terrain, les années suivantes, s’avère heureusement bien plus facile.
Vous pouvez confier les travaux de débroussaillement à une entreprise ou les réaliser vous-même en respectant les consignes de sécurité (tenue, matériel, autorisation d’incinération…).

A qui ça incombe ?

Le débroussaillage est à la charge du propriétaire ou des ayants-droit. Si les travaux d’entretien ne sont pas effectués, la commune peut y pourvoir d’office après une mise en demeure du propriétaire et à la charge de ce dernier.

Que faire des déchets ?

Les déchets peuvent être évacués en déchetterie (fortement recommandé) ou incinérés sur place suivant la réglementation en vigueur.

Sur quel périmètre

Suivant que votre terrain soit situé en zone naturelle ou non et doté ou pas d’une habitation, plusieurs cas de figure peuvent se présenter. Le cas le plus courant consiste à débroussailler dans un périmètre de 50 mètres autour de la construction.
Pour plus de renseignements, se référer aux prescriptions préfectorales ou se rapprocher de la mairie.

Conseils pour une optimisation de son débroussaillage

  • D’octobre à janvier : les gros travaux
    Abattage et élagage des arbres, débroussaillage/fauchage, broyage et mise en déchetterie des déchets verts.
  • Avril à mai : les finitions
    Débroussaillage/fauchage et broyage.

Plus d’informations

Document d’Information Communal des Risques Majeurs ou DICRIM

Le DICRIM est un document dont l’objectif est d’informer la population des risques naturels ou technologiques auxquels ils seraient exposés.
La commune de Saint-André de la Roche a pu identifier 6 risques naturels ou technologiques :

  1. Les Inondations, par débordement ou remonté de nappe ;
  2. Les Mouvements de terrain, par glissement ou éboulement ;
  3. Les Risques climatiques (la canicule, la neige ou les grandsvents) ;
  4. Les Séismes ;
  5. Les Feux de Forêt ;
  6. Le Transport de matières dangereuses (le gazoduc ou les différents transporteurs).

Au-delà de leur recensement, la commune présente les consignes à suivre dans chaque cas de figure, ainsi que les modalités de préparation (ou d’élaboration) de la mise en sûreté des siens.

Le DICRIM est la première étape dans l’action de sécurisation de la commune : l’information.
La deuxième étape, en cours d’élaboration, est l’organisation des moyens communaux via un outil opérationnel complet en vue de prévenir une crise majeure sur la commune. Cet outil s’appelle le Plan Communal de Sauvegarde (ou PCS).

Plan Communal de Sauvegarde (PCS)

Le plan communal de sauvegarde (PCS) est un outil de planification et d’organisation communale qui a pour objectif d’anticiper les situations dangereuses afin d’assurer la protection et la mise en sécurité de la population.
Le PCS peut être déclenché par le maire ou par un élu désigné. Il contient l’ensemble des mesures à prendre pendant et après une crise : moyens et schéma d’alerte, traitement des appels, établissement d’un poste communal de commandement, etc. Il prévoit des actions appropriées en fonction du niveau de gravité du risque ainsi que la mise en œuvre d’une organisation locale capable, de réagir rapidement, de préserver la sécurité et la salubrité et de prévenir toute panique.

Plan communal de sauvegarde : mégaphoneLe PCS de Saint-André de la Roche a été élaboré et transmis à la Préfecture pour avis.
Concernant la diffusion d’une alerte à la population, la commune a choisi de se doter d’une sirène qui sera installée sur le toit du Bâtiment 1, aux Résidences du Château. À compter de son installation des tests seront réalisés tous les premiers mercredi du mois à 11h.
La Police municipale disposera d’un véhicule équipé de haut-parleurs permettant d’alerter rapidement l’ensemble de la population et de diffuser des consignes spécifiques.

Les risques majeurs

  • Risques naturels (feux de forêt, inondations, mouvements de terrain, séismes…)
  • Risques climatiques (canicule, neige, grands vents…)
  • Risques technologiques
  • Risques industriels (transport de matières dangereuses…)

Rappel : le dépliant D.I.C.R.I.M. (Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs) réunit ce qu’il convient de connaître sur les risques les plus sensibles ainsi que les bons gestes à adopter en cas d’épisodes critiques.
Ce dépliant est disponible sur le site web et à l’accueil de la Mairie. Il est à lire et à conserver précieusement.