La vidéoprotection : un outil de dissuasion


Depuis quelques semaines, les caméras de vidéoprotection ont fait leur apparition sur un certain nombre de points sensibles du territoire communal.

À ce jour, seize caméras envoient directement leurs images, par liaison adsl, au bureau de Police municipale et à la brigade de gendarmerie. Quatre caméras supplémentaires seront implantées, dans les jours qui viennent, sur les espaces extérieurs des Résidences du Château.

Les données sont également enregistrées et stockées sur un disque dur. La loi permet de les conserver un mois.

D'abord outils de dissuasion, les caméras sont aussi régulièrement d'une aide précieuse pour la résolution des infractions.
Comme d'autres communes avant elle, Saint-André a fait appel au SIVOM Val de Banquière pour mener à bien cette opération.

C'est la société Altec qui a remporté l'appel d'offres pour un montant de 71 525 euros TTC.

L'État subventionne le programme à hauteur de 31 000 euros, dans le cadre du Fond Interministériel de Prévention de la Délinquance (FIPD).