La ville en chiffres
Histoire
Patrimoine
Manifestations
Transports
Stationnement
Commerces
Offres d'emploi

 

 

 
Vivre à Saint-André > Histoire
 
 

En 999, Saint-André est un poste militaire romain, entouré d'un domaine agricole dénommé "la Roche".
À cette époque, la Provence et la région de Nice vivent une période troublée.
Non loin de Nice, Miron et son épouse Odile possède un fief près de Cimiez, riche d'une villa, une vaste ferme entourée de terres. Le lieu a pour nom Roc Saint-André.
Le 5 novembre 999, Miron et Odile décident de rédiger leur testament et n'oublient pas dans leur succession de se montrer généreux envers le monastère voisin, qui recevra à leur mort « le quart du domaine que l'on appelle Roc Saint-André ». Il s'agit, dans l'Histoire, de la première mention officielle du domaine qui deviendra Saint-André de la Roche, village plus que millénaire du comté de Nice...


Famille Thaon de Revel

Les Thaon entrent dans l'histoire de Saint-André par le mariage, dans les premières années du XVIIe siècle, de Pierre Thaon, médecin du duc de Savoie, avec Camilla Michelotti, héritière du fief de Saint-André. Il en devient le seigneur en 1611, et ce, jusqu'à sa mort en 1635. Son fils aîné, Charles-Antoine qui avait épousé en 1634 Lucrèce Galléan, lui succède.
Charles-Antoine laisse deux fils. Mais l'aîné n'a que deux filles et c'est la branche issue du cadet, Pierre-Antoine qui maintient le nom. Ce Pierre-Antoine, qui avait épousé Constance (ou Cassandre) Chabaud, conclut en 1685 avec le sénateur Peyrani, dont la fille a hérité du fief de Tourrette, une transaction qui assure aux Thaon la possession d'un quartier de Tourrette, le lieu-dit Revel. En 1687, le duc de Savoie érige en comtés les deux fiefs de Saint-André et de Revel, de telle sorte que Pierre-Antoine devient comte de Thaon de Revel. A cette époque, les Thaon ont réaménagé le joli château de Saint-André sur une terrasse qui domine le Paillon et dont on admire encore aujourd'hui les beaux plafonds peints. Gaspard, qui avait épousé le 31 janvier 1690 Gertrude Provana, est ambassadeur du duc de Savoie auprès de Louis XIV. Il meurt le 7 février 1711 et l'héritage revient au petit-fils de Pierre-Antoine, Joseph Horace. Il est 1er consul de Nice en 1748, au temps de l'occupation hispano-française et le redevient en 1765. Il avait marié en 1755 son fils aîné, Charles-François, à Madeleine Galléan d'Ascros. Ce fils, colonel du régiment provincial de Nice, est admis dans l'Ordre de Malte où on le gratifie d'une commanderie. Il devient ler consul de Nice en 1776, puis sa carrière se poursuit dans l'armée et la haute administration : commandant général de Nice et du comté de 1780 à 1787, vice-roi de Sardaigne jusqu'en 1790. En 1792, à 67 ans, il est appelé au commandement de l'armée sarde qui tente d'opposer une résistance aux troupes révolutionnaires françaises dans les Alpes. Pendant ce temps, ses biens - dont le château de Saint-André - sont nationalisés et vendus.
Après le traité de Paris de 1796 ramenant la paix entre la République française et le roi de Sardaigne, Charles-François est fait marquis en 1800.
Le titre passe à la branche de son fils cadet, Ignace, qui devient ministre de Sardaigne auprès de Louis XVIII et hérite du titre de comté de Pralungo. Le cours des événements et la réunion de Nice à la France en 1860 devaient amener les descendants d'Ignace à suivre les nouvelles destinées de la maison de Savoie. Ils occuperont les plus hautes charges, notamment dans la marine et la diplomatie italiennes. Le titre de Revel accolé au patronyme Thaon perpétue le souvenir de leurs origines niçoises.



Lou pais dei babi

Pourquoi "lou pais dei babi" ? Il était de coutume jadis, dans le Comté de Nice, d'affubler chaque village d'un qualificatif de dérision. Ainsi les jeunes avaient-ils de quoi s'invectiver copieusement lors des fêtes votives estivales, les Faliconiers se faisant traiter de « mangia-céba » (mange-oignons), les Arianencs de « bétous » (boueux) et les Saint-Andréens de « Babi » (crapauds).
D'où nous vient ce qualificatif peu flatteur de prime abord ?

 

 

Certainement du caractère très humide de notre vallée où, effectivement abondent les batraciens : grenouilles ou crapauds dont les chants agrémentent encore les paisibles nuits d'été. Peut-être aussi du fait du nombre important d'immigrés italiens qui repeuplèrent le centre du village après la Grande Guerre, piémontais ou toscans que les autochtones traitaient souvent de crapauds. Depuis quelques années le sobriquet infamant est devenu un titre de noblesse pour les partisans de l'identité Saint-Andréenne, « lou pàis dei babi », c'est notre pays et nous y sommes tous très attachés.
De toute façon, la science nous dit que le crapaud est un excellent père de famille, très attentionné ; de plus il vit retiré dans son coin sans faire de bruit, sans se faire remarquer, heureux quand il est caché.
N'est-ce pas là de bons adjectifs pour qualifier les habitants du Val de Banquière ?
Notons que Pierre Isnard dans l'Armanac Nissart de 1928, consacré aux sobriquets des habitants de divers villages et villes du Comté, ne cite pas la « noumenaia » Babi pour les gens de Saint-André (appellation qu'il attribue aux habitants de La Madeleine). Mais il en donne plusieurs autres : AIGAIOUS, en raison du lieu frais et humide et des nombreux ruisseaux qui descendent des collines avoisinantes. Il les nomme aussi DESTRUJA-ROCCA, les carrières ouvertes sur le territoire de la commune en étant la raison. Enfin, « les habitants de Saint-André cultivant dans leurs campagnes de nombreux sorbiers dont les fruits ont, on le sait, des vertus astringentes, on appelle ces infortunés des SCULIBA-CUOU ».
Dans les alentours immédiats, toujours pour P. Isnard, les habitants de l'Abadie supérieure sont les « STASSIONARI », le lieu étant une impasse au-delà de laquelle il est impossible d'aller. (A moins qu'il s'agisse d'un camp romain où stationnaient des troupes ? ). Les gens de l'Abadie inférieure étaient surnommés les COULOUNIE, les derniers tisserands de la région y demeurant à l'époque. (en niçois coulougna = quenouille). Enfin les habitants de l'Ariane, en raison du limon abondant, étaient les BETOUS (beta = boue). Là encore de nombreux ruisseaux, lu raiana, rendaient les lieux très humides. Et raiana a donné Ariane selon P. Isnard.
Voilà peut-être de la toponymie à faire frémir nos modernes chercheurs...


"Sonnet à la gloire des crapauds"

 

Extrait du CD "le Choeur de la Roche - Sant-Andreenc, toujou"



 

 

 

 



Thaon Ignace

 



Thaon Charles