21 bd du 8 mai 1945 - 06730 Saint-André de la Roche
04 93 27 71 00
04 93 27 71 49

Un hibou Grand-Duc relâché à l’Abadie

Entre chien et loup, le Grand-Duc d’Europe a pris son envol. À peine une dizaine de secondes à hésiter au fond de sa caisse, et le voilà déjà loin dans le ciel de l’Abadie. C’est fait. Le Hibou Grand-Duc qui s’était brisé l’aile droite vient de retrouver la liberté.
Il avait été recueilli le 11 juillet dernier par des bénévoles de la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO PACA) avertis de la présence au sol d’un Grand-Duc resté là plusieurs jours à s’affaiblir. L’oiseau avait une fracture à l’aile droite, de cause inconnue. Il a passé 10 jours en stabilisation, puis a été placé deux mois en volière pour sa rééducation. Jusqu’au grand jour. Celui de sa remise en liberté. « C’était un peu rapide, normalement c’est un vrai moment d’émotion, mais là c’est allé un peu vite » … soupire Yvonne Delepine, bénévole de la Ligue de Protection des Oiseaux, avant d’ajouter : « On espérait qu’il se pose à proximité, sur un arbre, on aurait pu l’admirer et prendre des photos ». On sent un brin de déception. Celle de n’avoir pas pu profiter plus longtemps de ce moment rare. Mais on sent aussi la satisfaction du devoir accompli. Pour tous les bénévoles de la LPO PACA présents et pour leurs « partenaires » du service développement durable et environnement durable de la Métropole, le principal reste le bien-être de l’animal. Mission accomplie. L’opération n’a pas non plus laissé insensibles les adjoints au maire et les voisins présents. Certains connaissent cet oiseau : « Les habitants du hameau de La Colle avait l’habitude de l’entendre » explique Yvon Guillon, adjoint au maire, lui même habitant du hameau. « Ma femme m’a fait remarqué qu’on ne l’entendait plus » témoigne à son tour un voisin. « Même les employés de la carrière le connaissent » confirme Marine Longeard, bénévole de la LPO, qui avait pris en charge l’animal blessé. Avec ses 75 cm de haut, le Grand-duc est le plus grand des rapaces nocturnes d’Europe. C’est une espèce protégée, comme le sont tous les rapaces en France. Après deux mois et demi au Centre Régional de sauvegarde de la faune animale, le rapace va enfin pouvoir retrouver son territoire et ses habitudes. Les Abadiens vont l’entendre à nouveau.
3 octobre 2017